Le musée Rupert de Chiévres
L'Hypogée des dunes
Retour au sommaire

 

 

Publications

 

Boutique

 

Service culturel

 

Service éducatif

 

Centre de documentation

 

Informations pratiques

 

Les Amis des Musées

 

Liens

 

Contact

Vue extérieure du musée Sainte-Croix
Vues intérieures du musée Sainte-Croix
Texte à imprimer

 

 

Pour plus d'informations sur les actualités et activités

des musées de Poitiers, retour vers le sommaire...

 

Le musée Sainte-Croix est, par l'importance et la qualité de ses fonds, le premier musée de la région Poitou-Charentes. Situé dans le quartier de la cathédrale saint Pierre, ce bâtiment est construit sur l’emplacement qu’occupait depuis le XIXe siècle la communauté bénédictine de Sainte-Croix. Le parcours muséographique offre une découverte de l’ensemble des collections : l’archéologie régionale, qui retrace l’histoire du Poitou, depuis la Préhistoire jusqu’au  Haut Moyen Age ; le département des Beaux-Arts, présentant les grands mouvements artistiques de la fin du XVIIIe  jusqu’au milieu du XXe siècle ; la section poitevine, dans laquelle sont regroupées des œuvres évoquant l’histoire et les paysages de Poitiers et de sa région.


L'histoire des musées de Poitiers est celle de la réunion, en 1947, des collections municipales et des collections de la Société des Antiquaires de l'Ouest. A partir de 1820, l'abbé Gibault, grand érudit, s'efforça de refonder une collection municipale à partir des reliquats des saisies révolutionnaires, rendues pour la plupart à leurs propriétaires. Au fil du XIXe siècle, les dons et dépôts de l'Etat étoffèrent ce noyau initial, que d'importants legs confortèrent. La construction d'un nouvel hôtel de Ville, inauguré en 1885, permit le déploiement du musée municipal dans les vastes salons du rez-de-chaussée.

Une des toutes premières en France, la Société des Antiquaires de l'Ouest, fondée en 1834, réunit sans discontinuer d'importantes collections archéologiques et d'objets d'art, exposées dans l'hôtel de l'Echevinage et, après le legs de François Rupert de Chièvres en 1892, dans son ancien hôtel particulier, rue Victor-Hugo.

En 1947, la S.A.O. céda à la Ville l'ensemble de ses collections. L'importance qualitative et quantitative des objets ainsi réunis entraîna le classement de ce nouveau Musée de la Ville de Poitiers et de la Société des Antiquaires de l'Ouest.
L'engorgement des salles de l'hôtel de Ville commanda la construction d'un bâtiment neuf, inauguré en 1974, sur l'emplacement de l'ancien couvent Sainte-Croix qui donna son nom au musée.

 

La Préhistoire

 

Remarquables pour l’époque paléolithique, les étranges gravures de la grotte de la Marche occupent une place particulière dans l’art magdalénien. Le Néolithique est abondamment illustré par le riche mobilier de la collection  Patte qui évoquent bien la  « révolution néolithique » : céramique, silex, outillage osseux, parure provenant des sites de Saint-Martin-la-Rivière, Bellefonds, Fleuré, Puyraveau. Des dépôts de l’Age du Bronze (Notre-Dame d’Or, Le Verger-Gazeau, Vénat) ont livré quantité d'objets utilitaires ou cérémoniels. Du Ier Age de Fer, citons le mobilier funéraire de la sépulture du Mia ainsi que l’exceptionnelle  poterie à décor anthropomorphe du Camp Allaric (fouilles Pautreau)

 

L'Antiquité

 

Quelques substructions conservées sur place rappellent au visiteur que ce quartier de Limonum, sans doute capitale de l'Aquitaine au IIe siècle, ne cessa d'être occupé dans l'Antiquité. Bornes miliaires, sculptures indigènes, épitaphes, inscriptions honorifiques retrouvées dans le rempart édifié au IIIe-IVe s. nous introduisent dans la civitas pictonum (la cité des Pictons). On y découvre sous le regard protecteur des divinités (Minerve, Apollon, Mercure), la religion et la vie quotidienne des gallo-romains. Les rites funéraires sont évoqués par la somptueuse tombe aristocratique d'Antran (symbole de la romanisation du Poitou) et par une collection de verres issus de nécropoles poitevines. De l'Antiquité tardive témoignent les restes du plus ancien décor de stuc chrétien découvert en Gaule, des sarcophages historiés,
des objets de parure, des épitaphes, des  sculptures  de l' hypogée des Dunes,  tous  évocateurs de la naissance des arts chrétiens en Poitou.

 

Le Moyen Age

 

Du Haut Moyen Age témoignent quelques éléments de sarcophages historiés retrouvés dans Poitiers ou ses environs. Une série de sculptures provenant d’églises poitevines rappelle l'extraordinaire rayonnement des ateliers romans en Poitou, dont le chapiteau de la Dispute  reste le plus beau chef-d’oeuvre. Un exceptionnel vase-reliquaire en verre bleu, découvert dans la célèbre abbatiale de Saint-Savin-sur-Gartempe, (unique spécimen conservé en Europe) côtoie quelques belles pièces d'émaillerie limousine.

 

Histoire régionale

 

Cette section propose une évocation de l’histoire et des paysages de Poitiers et de sa région. Une série de peintures et de sculptures des XIXe et XXe siècles présentent différents sites de la ville et ses proches environs. Les pièces maîtresses sont Le Siège de Poitiers par l’amiral de Coligny en 1569 peint  par François Nautré en 1619, la spectaculaire sculpture  de la  Grand’Goule, dragon en bois polychrome réalisé par  Jean Gargot en 1677 et la remarquable série de tableaux hollandais donnée à Flandrine de Nassau, abbesse de Sainte-Croix de 1604 à 1640 et entrée dans les collections du musée en 1964.

 

Le XIXe siècle

 

Le XIXe siècle est présent par les grands courants artistiques et les grands formats de Salon : le Nouveau Classicisme initié par David (Gauffier, Valenciennes, Broc), l’école d’Ingres (Amaury-Duval, Burthe, Flandrin), l’Orientalisme (Chassériau, Fromentin), le Symbolisme (Moreau, Redon), et des tableaux de Salon (Brouillet).
La sculpture ouvre les voies de la modernité avec Auguste Rodin et Camille Claudel ; le fonds Camille Claudel représente la seconde collection publique en France, avec sept pièces de l'artiste notamment son bronze le plus important, la Niobide blessée, et l'émouvant buste de terre cuite, Jeune femme aux yeux clos.

 

Le XXe siècle et l'art contemporain

 

Au XXe siècle, l'art moderne est brillamment illustré par de grands artistes tels Bonnard, Vuillard, Sisley, Marquet, Max Ernst, Mondrian… La collection est aussi originale pour l'art 1910-1940 avec Romaine Brooks, Paul Belmondo.

 

 

Plaquette gravée figurant une femme assise
Pendeloque, perles, calcaire, quartzite et roche métamorphique.
Statuette d’un athlète vainqueur, bronze.
Urne cinéraire à anses, verre soufflé.
Statue d’Athéna
Visage d’un apôtre, stuc.
Chapiteau dit de « La dispute »
Vase-reliquaire, verre soufflé à décor rapporté.
La Grand’Goule
Pierre-Henri de Valenciennes,Enée et Didon fuyant l'orage
Auguste-François Biard, Sultane dans un intérieur
Camille Claudel, Jeune femme aux yeux clos
Peter Cornelis Mondrian, Paysage avec gables de ferme à Oele
Albert Marquet, Plage des Sables-d’Olonne au remblai quadrillé
Max Ernst, Petite tortue

Fiches de salles ou documents pour le public
à télécharger au format PDF

 

La sépulture du Mia à Aillé,
Saint-Georges-les-Baillargeaux (Vienne)
Premier Age du Fer

 

Le siège de Poitiers
par l’amiral Gaspar de Coligny en 1569
Peint en 1619 par François Nautré

 

Les mystères du bestiaire roman

 

"L'oeuvre en question"

Fiches à télécharger au format PDF

 

Vase à décor "en moustaches" Néolithique moyen

Plaque à contours découpés en bois de renne figurant un poisson. Magdalénien moyen

Incisive de cheval gravée. Magdalénien moyen

Deux feuilles de laurier. Solutréen

Hache-pendeloque. Néolithique final

Hydrie votive en bronze

Déesse de l'Abondance

Céramique sigilée de Germanus

Buste d'enfant en terre cuite

La Grand'Goule

Statue de la vierge à lEnfant

Chapiteau de "La Dispute"

Vase médiéval de Saint-Savin

Sarcophage de Loudun

Jean Broc "La mort d'Hyacinthe

Max Ernst "Petite tortue"

Piet Mondrian "Ferme à Oele"

Albert Marquet "Plage des Sables d'Olonne"

Octave Penguilly L'Haridon "Parade"

Gustave Moreau "La sirène et le poète"

Jacques Augustin Pajou "Oedipe maudissant Polynice"

Pierre-Henri de Valenciennes "Enée et Didon fuyant l'orage"